"RÉPONSE AUX USURPATRICES"

La cinglante leçon de morale de cette jeune de la Cojer- France aux quatre jeunes femmes proches de Khalifa Sall qui ont dénigré Macky Sall

Afrique Connection | 15 / 10 / 2017 à 06:54

angelique.jpg

Angélique Babène (COJER France)

Il fallait s'y attendre. Car les jeunes partisans du parti de Macky Sall en France, regroupés au sein de la COJER, ont toujours démontré qu'ils n'étaient pas du genre à subir l'actualité sans réagir. Encore plus quand c'est leur mentor qui est directement ciblé par une attaque venimineuse de l'opposition. Quatre jours après une tribune collective signée par quatre jeunes opposantes sénégalaises en France, dans laquelle elles ne sont pas allées du dos de la cuillère pour vilipender le Président Sall, une jeune femme de la COJER apporte sa réplique. Elle s'appelle Angélique Babène. Elle aussi, c'est par le biais d'une tribune envoyée à Afrique Connection.

 

Voici la réponse d'Angélique Babène de la COJER 

La modestie, l'humilité, valeurs humaines, se doivent de tout temps être incarnées par tout un chacun. Et c'est y faire défaut quand l'on s'érige comme étant à la place à laquelle on n'est pas. Chères compatriotes, laissez-moi vous dire une chose, vous n'êtes pas la jeunesse sénégalaise, vous ne représentez pas la jeunesse sénégalaise.

Il est très facile de juger quand on n'est manipulé par des arguments sans fondement d'une opposition aux abois. Si pour certains le buzz est une forme d'expression, il n'en est pas le cas pour les hommes asservis à la tâche. Sachez qu'en démocratie, et peu importe le degré de perfection de la démocratie que l'unanimité n'a jamais été de mise. Cependant, c'est aussi de la mauvaise foi que d'ignorer les avancées notables incarnées par ce gouvernement qui, une fois de plus, a obtenu l'aval du peuple lors des dernières élections législatives.

Vous ne reflétez ni la jeunesse sénégalaise ni même d'ailleurs, la voix du peuple sénégalais

Cela, démontre encore une fois, que vous ne reflétez ni la jeunesse sénégalaise ni même d'ailleurs, la voix du peuple sénégalais. Il n'y a pas lieu et il ne saurait y avoir un débat contestataire basé sur le faux, le fallacieux et l'affabulation.

Hélas, je n’ignorais pas que le programme de l'opposition se résumait désespérément à la manipulation, aux mensonges, aux tiraillements et à la duperie.

A (re)lire le texte qui a sucité cette réponse: Depuis Paris, quatre jeunes sénégalaises disent leur quatre vérités à Macky Sall
Mais avec cette légère et triste sortie co-signée d'une Arame, d'une Nogaye, d'une Fatou, nous voilà face à une autre honteuse facette de s'opposer

Mais avec cette légère et triste sortie co-signée d'une Arame, d'une Nogaye, d'une Fatou, nous voilà face à une autre honteuse facette de s'opposer. Il s'agit de se lancer dans le témoignage ou la défense à visage masqué et avec le refus de dévoiler son identité : nom, prénom, photo, appartenance politique. Cette lamentable stratégie adoptée par des pro Khalifa a néanmoins le mérite de prouver une chose : ces jeunes filles en se cachant assument leurs propres contradictions et celles de la personne qu'elles défendent.

En effet, il vaut mieux se cacher pour défendre Khalifa qui s'est incriminé lui-même en ces mots : " Ce que j'ai fait est illégal mais d'autres l'ont fait avant moi". Pour justifier son détournement, le sieur met sur la table de fausses factures. Nul ne peut être fière d’être aussi léger et ridicule à visage découvert. S'il y a quelque chose d'ardue, c'est bien le texte de ces parisiennes et de cette provençale qui montre un niveau notoirement bas : excepté le chapeau écrit par le journaliste, le texte est rempli de fautes et sans connecteurs logiques, des phrases sans verbe. Le poète Senghor ne mérite pas une telle gifle.

Angélique Babène
COJER France 

Top 10 + Populaires

Afrique Connection TV