« Allez chercher de la crédibilité, sortez de vos contradictions et revenez nous voir »

Escalade verbale : les quatre filles pro- Khalifa Sall en France répondent à Angélique Babène de la Cojer

Afrique Connection | 17 / 10 / 2017 à 11:17

C'est la guerre des mots entre les jeunesses du Parti socialiste sénégalais en France (tendance Khalifa Sall, opposition) et celles de la COJER- APR (pouvoir). Par Afrique Connection interposé. Après avoir été recadrées par Angélique Babène, suite à leur première sortie dans laquelle elles tançaient Macky Sall, les quatre filles socialistes proches du député-maire de Dakar (Arame, Fatou, Aïda et Nogaye) reviennent à la charge. Pour, à leur tour, donner une leçon de morale...et de sémantique à la « Cojeriste » Angélique Babène. Et, par ricochet, s'attaquer notamment à la gestion des élections par le Consul du Sénégal à Paris, Amadou Diallo.

 

Voici la réponse la réponse d' Arame, Fatou, Aïda et Nogaye à Angélique Babène

Vous nous appelez « usurpatrices ». A vous lire, nous-nous sommes, par ruse ou par violence, emparées d'un bien, d'un pouvoir, d'une dignité, d'un titre ne nous appartenant pas ou auquel nous ne pouvons prétendre. Madame la donneuse de leçons qu'avons-nous usurpé ? Le titre de jeunes sénégalaises ? Vous-vous octroyez le pouvoir de définir notre « sénégalité » ? Depuis quand la jeunesse sénégalaise se limite t-elle à la COJER ?

Voici la réplique qui a engendré cette...réplique : La cinglante leçon de morale de cette jeune de la Cojer- France aux quatre jeunes femmes proches de Khalifa Sall qui ont dénigré Macky Sall

La méthode est connue : à défaut d’arguments, on s’attaque aux personnes. Par qui serions-nous manipulées? Ayez au moins du respect pour cette jeunesse sénégalaise libre et indépendante. Pour apporter une réponse vous avez choisi le plus facile : des généralités. Quand on n'a rien à dire sur le fond, on s'attaque à la forme. Madame, depuis quand pour écrire une tribune il faut un nom, un prénom, une photo et une appartenance politique ? Vous- vous permettez de nous dénigrer parce que nous n’avons pas mis de photo. Ensuite vous nous accusez de rechercher le buzz. Quel paradoxe ! Si nous étions à la recherche du buzz, n’aurions-nous pas mis nos photos comme vous l’avez fait ? Afficher votre photo apporte quoi à vos propos ? Nous ne jouons pas aux apprenties mannequins.

Qui a été surpris en flagrant délit en train d'envoyer des SMS pour distribuer des cartes d’électeurs aux militants de l'APR ?

Vous osez parler « d’aval du peuple lors des dernières élections législatives ». Depuis l’indépendance du Sénégal, jamais des élections n’ont été émaillées par autant d’irrégularités, de combines et d’achats de conscience. À Paris le Consul s’est illustré par son incompétence à tous les niveaux. Qui a été surpris en flagrant délit en train d'envoyer des SMS pour distribuer des cartes d’électeurs aux militants de l'APR ? C'est bel et bien le porte-parole de la COJER. N’avez-vous pas vu des vidéos scandaleuses circuler sur les réseaux sociaux avant, pendant et après le jour du vote ? Où sont passées les cartes d’électeurs que des milliers de Sénégalais n'ont pas pu récupérer ? Les bus affrétés par l’APR aux frais du contribuable, en provenance des quatre coins de l’île de France illustrent la mascarade de ces élections.

À (re)lire également : Depuis Paris, quatre jeunes sénégalaises disent leur quatre vérités à Macky Sall

Pour votre gouverne et vu que vous n’avez rien compris, notre tribune porte sur trois aspects: le recul de notre économie et de notre démocratie, le non-respect de la parole du Président et une justice sélective avec l’emprisonnement de leaders politiques tels que Karim Wade et Khalifa Sall. Vous l'aurez donc compris, notre objectif n’était pas de faire de la belle littérature.

Vous défendez votre mentor en vous attaquant au Maire de Dakar. Ce qui est dans vos habitudes. En effet, quand il s’agit de parler du pays, de son économie et des difficultés des Sénégalais vous êtes aux abonnés absents. Par contre, quand il s’agit de politique politicienne ou de dénigrement d’un adversaire, vous excellez dans le verbiage. Mame Mbaye Niang qui a préféré se prononcer et s'épancher sur un dossier pendant en justice, depuis un pays étranger où il était censé vendre la destination Sénégal, en est une parfaite illustration.

Vous êtes d’un manque d’objectivité lamentable. Cette sortie que vous jugez légère et triste vous a bien fait sortir de votre torpeur

Vous nous parlez de victoire. Mais nous savons tous que votre leader a cherché et cherchera à gagner non pas par la voie démocratique mais plutôt par sa détermination à affaiblir ou à neutraliser ses adversaires. En moins d’un mois l’État avait pris les dispositions pour emprisonner Khalifa Ababacar Sall et ses collaborateurs avant les élections législatives.

  • Le vendredi 03 mars 2017 le procureur de la république fait une conférence de presse pour parler de la caisse d’avance.

  • Le lundi 06 mars 2017 le maire de Dakar est convoqué par ce même procureur.

  • Le mardi 07 mars 2017 il est placé sous mandat de dépôt par le doyen des juges.

  • Le 15 mars 2017 Khalifa est auditionné par le doyen des juges sur le fond du dossier.

  • Le 05 avril 2017 le magistrat instructeur boucle l’enquête.

Ces éléments démontrent à suffisance que la justice était votre seule arme et elle le restera pour un second mandat en 2019, la seule chose qui vous obsède.

Vous êtes d’un manque d’objectivité lamentable. Cette sortie que vous jugez légère et triste vous a bien fait sortir de votre torpeur, de votre inaction et de votre absence de propositions. Vos mots se limitent à des félicitations à l'encontre de Macky Sall.

Oui la tribune est co-signée d'une Arame, d'une Nogaye, d'une Fatou mais aussi d'une Aïda. Dans votre volonté et empressement pour faire plaisir à sa majesté Sall, vous en avez omis une. Nous vous laissons donc le temps de relire et d'apprendre à compter : nous sommes quatre. Quatre jeunes femmes avec des prénoms bien sénégalaises.

Les propos contradictoires sont visiblement votre marque de fabrique. Vous affirmez tout au long de votre argumentaire que nous sommes de l'opposition... Comment connaissez-vous notre identité si nous ne sommes pas à visage découvert comme vous l'affirmez si bien ? Votre mauvaise foi est sans limite. Il ne vous a, en effet, pas fallu beaucoup d'effort pour mettre un visage sur ces prénoms.

Dans votre étroitesse d'esprit tout se résume à l'APR et à l'opposition. Un simple citoyen sénégalais ne peut pas s’intéresser à la gestion de son pays ?

Dans votre étroitesse d'esprit tout se résume à l'APR et à l'opposition. Un simple citoyen sénégalais ne peut pas s’intéresser à la gestion de son pays ? Tous vos arguments se résument à « des jeunes manipulées par l’opposition ». Donc pour vous une jeunesse qui prend la parole est forcément une jeunesse manipulée ? Ou doit forcément appartenir à l’opposition ? Une jeunesse engagée, consciente de ce qu'elle vaut comme de ce qu'elle veut et désireuse d'être considérée à sa juste valeur ça vous parle ?

Vous évoquez un texte rempli de fautes. Évitez les affabulations. Il aurait surtout fallu ne pas en faire dans le vôtre pour rester crédible. Revoyez votre grammaire et ce qu'on appelle la liaison dans la langue française et revenez corriger votre phrase « Il est très facile de juger quand on n'est manipulé par des arguments sans fondement d'une opposition aux abois.» Pour votre cours de langue française, une phrase sans verbe s'appelle une phrase nominale.

Dans votre malhonnêteté, vous allez jusqu'à attribuer une citation imaginaire à Khalifa Sall avec l'audace de mettre votre propre interprétation entre guillemets. Les guillemets précédés de deux points, encadrent un discours direct. Donc quand vous attribuez cette citation au Maire de Dakar « Ce que j'ai fait est illégal mais d'autres l'ont fait avant moi », vous faites dans la diffamation, la calomnie et le clabaudage.

Khalifa Sall a appris à Macky Sall et sa cour ce qu'était une déclaration de patrimoine. Pour leur avoir montré le chemin en 2009 sans que la loi ne l'y oblige et pour l'avoir refait en 2014. Prenez-en de la graine.

Par Arame, Fatou, Aïda et Nogaye, Sénégalaises et fières et si nos noms vous intéressent tant c'est BA, BADJI, GAYE et DIAGA

Top 10 + Populaires

Afrique Connection TV