tanzanie

En Tanzanie, 65 tradipraticiens arrêtés pour des meurtres rituels présumés

Afrique Connection | 05 / 03 / 2019 à 09:18

La police tanzanienne a arrêté 65 guérisseurs traditionnels soupçonnés d'être à l'origine de meurtres rituels barbares d'enfants, dans le sud-ouest et le nord du pays.

Les arrestations ont eu lieu après les meurtres d'au moins 10 enfants, dans la région de Njombe, et d'autres incidents similaires, dans le nord de la région de Simiyu, fin janvier.

Quarante-cinq tradipraticiens de Simiyu et 20 autres de Njombe ont été placés en détention. Ils seront interrogés sur la vague de meurtres particulièrement odieux, a déclaré aux journalistes l'inspecteur général de la police, Simon Sirro.

Le chef de la police a ajouté que la vague de répression contre les médecins traditionnels, qui sont les principaux suspects des meurtres rituels, allait se poursuivre.

"J'ai ordonné que tous les médecins traditionnels, enregistrés ou non, soient interrogés et fouillés, déclare-t-il. Pour ceux qui seront identifiés comme criminels, la loi sera appliquée, mais nous avons également ordonné aux autorités de procéder à une nouvelle procédure d'enregistrement après cela. Nous avons également demandé l'aide d'autres institutions comme les chefs religieux et politiques".La superstition est profondément enracinée dans certaines communautés tanzaniennes, qui croient que les parties du corps humain peuvent apporter la richesse.

Les albinos font partie des cibles des agresseurs, qui les tuent ou coupent certains de leurs membres et leurs parties intimes.

Afrique Connection TV