Connu dans son pays pour ses déclarations fracassantes et ses positions tranchées défiant même son camp et son président

Qui est le nouveau président du parlement de la CEDEAO ?

Afrique Connection | 06 / 02 / 2016 à 12:58

moustapha-cissé-lô-9.jpg

Le bouillant député sénégalais Moustapha Cissé Lo, nouveau président du parlement de la CEDEAO

Depuis jeudi, le parlement de la CEDEAO a un nouveau président. Il s’agit du 3e vice-président de l’Assemblée nationale du Sénégal. Connu dans son pays pour ses déclarations fracassantes n’épargnant pas même son camp et ses positions tranchées défiant même publiquement le président Macky Sall, son ami, Moustapha Cissé Lo est un homme du refus. Il s’est engagé à renforcer le rôle de l’institution sous-régionale dans la promotion de l'intégration des peuples et des États membres.

Le tonitruant député sénégalais, Moustapha Cissé Lo, est le nouveau président du Parlement de la CEDEAO. Le 3e vice-président de l’Assemblée nationale du Sénégal a été élu par acclamations, jeudi à Abuja, au Nigeria, lors de l’ouverture de la session annuelle. Il succède ainsi au Nigérian Iké Ekweremadu. Son mandat durera quatre ans.

« Cette proposition de vote par acclamations a été soutenue, selon les députés du Parlement de la Communauté, parce que le Sénégal a présenté une seule et unique candidature. C'est pourquoi les députés du Groupe francophone ainsi que ceux des Groupes lusophone et anglophone ont appuyée cette proposition », explique le service de communication de l’Assemblée nationale du Sénégal.

« Promotion de l'intégration des peuples… »

Sous la houlette de son nouveau président, les quatre vice-présidents du parlement ont été élu vendredi par consensus. Il se compose comme suit :

Yusuf Sulaimon Lasun (NIGERIA, premier Vice-président),   Aminata Kamara Toungara (CÔTE D'IVOIRE, deuxième Vice-Président), Jefferson Kanmoh (LIBERIA, troisième Vice-Président), et Orlando Pereira Dias (Cap-Vert, quatrième Vice-Président).

Dans son allocution, le tout nouveau président du parlement de la CEDEAO,  Moustapha Cissé Lo, a pris le ferme engagement à « préserver la stabilité »  de l’institution sous-régionale. De même, il s’est engagé à renforcer le rôle de celui-ci dans la « promotion de l'intégration des peuples et des États membres de la CEDEAO », précise le communiqué de l’Assemblée nationale du Sénégal.

« Je resterai disponible, lucide, humble, clairvoyant et ambitieux pour parachever cette œuvre gigantesque que mon prédécesseur, le Sénateur Ike Ekeweremadu m'a léguée », a t-il également promis.

Au Sénégal, le député Moustapha Cissé Lo, cadre du parti au pouvoir (l’Alliance pour la république, APR), est surtout connu pour son indépendance de ton, ses déclarations fracassantes dans les médias quitte à fâcher son propre camp.

Il s’oppose catégoriquement à la volonté du président Macky Sall de réduire la durée de son mandat

L’une des marques déposées de ce proche parmi les proches du président sénégalais Macky Sall, qu’il avait suivi fin depuis 2008 lorsqu’il avait démissionné simultanément du perchoir de l’Assemblée nationale et du parti au pouvoir (Parti démocratique sénégalais d’Abdoulaye Wade) pour créer l’APR, est de dire publiquement le fond de sa pensée. Même si celle-ci va à l’encontre de la volonté de Macky Sall et de son parti.

Par exemple, depuis l’élection de Macky Sall en  2012, Moustapha Cissé Lo ne rate jamais l’occasion de crier sur tous les toits son opposition à la promesse du président sénégalais de réduire son mandat actuel de sept à cinq ans. Le tonitruant député, du haut de son strapontin de 3e vice-président de l’Assemblée nationale du Sénégal, s’est ainsi engagé à battre campagne pour le « non » lors du référendum à venir sur le projet de réforme des institutions sénégalaises qui inclue cette réduction du mandat.

Macky Sall lui a refusé sa volonté d’être président de l’Assemblée nationale du Sénégal, pour imposer Moustapha Niasse

Au début de l’actuel régime, il s’était distingué de forte manière en s’opposant à la volonté de son ami, le président Macky Sall, de faire de son allié Moustapha Niasse président de l’Assemblée nationale. C’est à son corps défendant que ce dernier fût porté au perchoir qu’il dirige encore pour un peu plus d’un an.

En fin de compte, en s’installant au perchoir du parlement de la CEDEAO, Moustapha Ciccé Lo  a réalisé son rêve de diriger une assemblée de parlementaires. Il pourra même se targuer que, lui, c'est à un niveau plus élevé que le Sénégal.

Thierno DIALLO pour afriqueconnection.com

Connu dans son pays pour ses déclarations fracassantes et ses positions tranchées défiant même son camp et son président

Qui est le nouveau président du parlement de la CEDEAO ?

Afrique Connection | 06 / 02 / 2016 à 12:58

Depuis jeudi, le parlement de la CEDEAO a un nouveau président. Il s’agit du 3e vice-président de l’Assemblée nationale du Sénégal. Connu dans son pays pour ses déclarations fracassantes n’épargnant pas même son camp et ses positions tranchées défiant même publiquement le président Macky Sall, son ami, Moustapha Cissé Lo est un homme du refus. Il s’est engagé à renforcer le rôle de l’institution sous-régionale dans la promotion de l'intégration des peuples et des États membres.

Le tonitruant député sénégalais, Moustapha Cissé Lo, est le nouveau président du Parlement de la CEDEAO. Le 3e vice-président de l’Assemblée nationale du Sénégal a été élu par acclamations, jeudi à Abuja, au Nigeria, lors de l’ouverture de la session annuelle. Il succède ainsi au Nigérian Iké Ekweremadu. Son mandat durera quatre ans.

« Cette proposition de vote par acclamations a été soutenue, selon les députés du Parlement de la Communauté, parce que le Sénégal a présenté une seule et unique candidature. C'est pourquoi les députés du Groupe francophone ainsi que ceux des Groupes lusophone et anglophone ont appuyée cette proposition », explique le service de communication de l’Assemblée nationale du Sénégal.

« Promotion de l'intégration des peuples… »

Sous la houlette de son nouveau président, les quatre vice-présidents du parlement ont été élu vendredi par consensus. Il se compose comme suit :

Yusuf Sulaimon Lasun (NIGERIA, premier Vice-président),   Aminata Kamara Toungara (CÔTE D'IVOIRE, deuxième Vice-Président), Jefferson Kanmoh (LIBERIA, troisième Vice-Président), et Orlando Pereira Dias (Cap-Vert, quatrième Vice-Président).

Dans son allocution, le tout nouveau président du parlement de la CEDEAO,  Moustapha Cissé Lo, a pris le ferme engagement à « préserver la stabilité »  de l’institution sous-régionale. De même, il s’est engagé à renforcer le rôle de celui-ci dans la « promotion de l'intégration des peuples et des États membres de la CEDEAO », précise le communiqué de l’Assemblée nationale du Sénégal.

« Je resterai disponible, lucide, humble, clairvoyant et ambitieux pour parachever cette œuvre gigantesque que mon prédécesseur, le Sénateur Ike Ekeweremadu m'a léguée », a t-il également promis.

Au Sénégal, le député Moustapha Cissé Lo, cadre du parti au pouvoir (l’Alliance pour la république, APR), est surtout connu pour son indépendance de ton, ses déclarations fracassantes dans les médias quitte à fâcher son propre camp.

Il s’oppose catégoriquement à la volonté du président Macky Sall de réduire la durée de son mandat

L’une des marques déposées de ce proche parmi les proches du président sénégalais Macky Sall, qu’il avait suivi fin depuis 2008 lorsqu’il avait démissionné simultanément du perchoir de l’Assemblée nationale et du parti au pouvoir (Parti démocratique sénégalais d’Abdoulaye Wade) pour créer l’APR, est de dire publiquement le fond de sa pensée. Même si celle-ci va à l’encontre de la volonté de Macky Sall et de son parti.

Par exemple, depuis l’élection de Macky Sall en  2012, Moustapha Cissé Lo ne rate jamais l’occasion de crier sur tous les toits son opposition à la promesse du président sénégalais de réduire son mandat actuel de sept à cinq ans. Le tonitruant député, du haut de son strapontin de 3e vice-président de l’Assemblée nationale du Sénégal, s’est ainsi engagé à battre campagne pour le « non » lors du référendum à venir sur le projet de réforme des institutions sénégalaises qui inclue cette réduction du mandat.

Macky Sall lui a refusé sa volonté d’être président de l’Assemblée nationale du Sénégal, pour imposer Moustapha Niasse

Au début de l’actuel régime, il s’était distingué de forte manière en s’opposant à la volonté de son ami, le président Macky Sall, de faire de son allié Moustapha Niasse président de l’Assemblée nationale. C’est à son corps défendant que ce dernier fût porté au perchoir qu’il dirige encore pour un peu plus d’un an.

En fin de compte, en s’installant au perchoir du parlement de la CEDEAO, Moustapha Ciccé Lo  a réalisé son rêve de diriger une assemblée de parlementaires. Il pourra même se targuer que, lui, c'est à un niveau plus élevé que le Sénégal.

Thierno DIALLO pour afriqueconnection.com

Afrique Connection TV