Saint-Michel-sur-Orge

Le parcours du combattant de Marietou pour renouveler son titre de séjour

Afrique Connection | 13 / 12 / 2019 à 07:30

La quinquagénaire, réfugiée et ancienne sans domicile fixe, donne de son temps dans de multiples associations. Après un mois d’allers-retours à la préfecture, elle a fini par obtenir son titre de séjour.

« Je vais enfin pouvoir dormir la nuit ». Vendredi 6 décembre, Marietou, guinéenne arrivée en France en 2017, a reçu le récépissé de son titre de séjour, valable 4 ans. Une bonne nouvelle tombée à point nommé : car le lendemain, elle aurait été officiellement sans-papiers. La fin d'un parcours du combattant long de trois mois, où la quinquagénaire s'est rendue « pas moins de neuf fois » à la préfecture de l'Essonne pour tenter de régulariser sa situation.

Une semaine plus tôt, elle nous confiait son « découragement ». Depuis plusieurs mois, Marietou faisait partie des longs cortèges qui patientaient la nuit devant la préfecture. Ils sont plusieurs centaines à tenter leur chance pour obtenir un précieux sésame : un ticket de rendez-vous. Désormais, davantage de créneaux sont disponibles en ligne et les démarches ont été simplifiées, selon un plan dévoilé par la préfecture le 8 novembre.

lle s'engage dans le bénévolat en attendant sa régularisation

Le 9 octobre, Marietou se heurte à une première déconvenue. « J'ai fait la queue plusieurs nuits devant la préfecture, explique-t-elle. Souvent, je n'arrivais pas jusqu'au guichet car je ne m'implique pas dans les bousculades. Là, j'ai réussi, mais on m'a dit : ce n'est pas ici, c'est à Palaiseau. » Où elle se rend le 29 octobre.

« Arrivée à Palaiseau, on m'a dit que mon dossier se traitait à Évry, regrette Marietou. J'ai perdu un mois, en plus du temps perdu à faire la queue. »En attendant de trouver un travail, Marietou s'est engagée dans 5 associations : épicerie solidaire, aide aux devoirs, récoltes pour la banque alimentaire… Elle se forme actuellement à la Ligue de l'enseignement pour travailler avec les plus petits.À 58 ans, elle revient de loin. 

Originaire de Guinée, Marietou a subi des violences qui l'ont conduite à fuir son pays. Un soir de 2017, elle quitte l'Afrique moyennant 3 000 euros. Alors qu'elle était enfin arrivée à Paris, son passeur quitte leur hôtel en lui volant tous ses papiers. « Je me suis retrouvée à la rue, sans rien », raconte Marietou.Le hasard la mène dans un RER, direction l'Essonne. Un passager l'oriente vers le 115, qui lui trouve différents hébergements d'urgence dans le département. Jusqu'à Saint-Michel-sur-Orge, où elle s'est définitivement installée grâce à l'association Solidarités nouvelles pour le logement. « Je souhaite vraiment y rester, insiste Marietou. Cette situation, je n'en dormais plus la nuit. » Leparisien

 

Top 10 + Populaires

Afrique Connection TV