Il refuse un 3e mandat

Contrairement au guinéen Alpha Condé, le Mauritanien Mohamed Ould Abdelaziz, lui, vient de prendre une importante et sage décision qui lui permettra de sortir la tête haute

Afrique Connection | 16 / 01 / 2019 à 02:32

C'est une décision sage que vient de prendre le président mauritanien. Mohamed Ould Abdelaziz a appelé à stopper les différentes initiatives visant à réviser la Constitution, ce qui lui aurait permis de briguer un troisième mandat.

Le président Mohamed Ould Abdelaziz a ordonné à ses partisans de mettre fin à toutes les initiatives visant la révision de la Constitution pour lui permettre de briguer un troisième mandat, à ce jour inconstitutionnel, ayant déjà été élu en 2009 et en 2014.

Par un communiqué daté du 15 janvier, il a rappelé sa « position constante, déclinée à plusieurs occasions, de respect de la Constitution du pays et de refus de toute révision touchant ses articles 26, 28 et 99 »", écrit notre confrère Jeune Afrique. 

En effet, depuis plusieurs semaines, des ministres – à commencer par le Premier d’entre eux, Mohamed Salem Ould Béchir, et des caciques du parti majoritaire, l’Union pour la République (UPR) – organisaient des manifestations dans différentes wilayas et dans la capitale pour lui demander de se représenter malgré tout. Une demande que rejette donc aujourd'hui l'homme fort de Nouakchott.

Pendant ce temps, en Guinée, le Président Alpha Condé, qui entretient un langage flou sur la question, semble plus que jamais déterminé à tripatouiller la constitution afin de pouvoir se présenter une troisième fois. Lui aussi subit la même pression de la part de ses partisans et certains caciques de son pouvoir. Récemment, c'est la Russie qui a "parrainé" un 3e mandat de Condé.

Mais l'opposition guinéenne jure qu'elle ne laissera pas le Président guinéen tripatouiller la constitution. Ce qui laisse donc présager que si Condé n'imitait pas son homologue de Nouakchott, il risque de plonger son pays dans une crise socio-politique sans précédent.

En tout cas pour ce qui concerne son homologue mauritanien, sa sage décision lui permettra de quitter le pouvoir la tête haute. 

Afrique Connection 

Afrique Connection TV