Khadija Andrea Barry se confie à Afrique Connection

Miss Guinée France 2016: « Ma couronne m’a surtout donnée l'occasion de me rapprocher du peuple de Guinée »

Afrique Connection | 18 / 04 / 2016 à 09:02

16.jpg

Khadija Andrea Barry, Miss Guinée France 2016

Pour la première fois depuis 16 ans, Miss Guinée-France 2016 va retourner dans le pays qui l’a vu naître. Ce sera début mai. A la veille de ce retour aux sources, Khadija Andrea Barry, qui porte la prestigieuse couronne initiée par l’Association des jeunes guinéens de France, s’est confiée à Afrique Connection. Dans cet entretien, la reine de la beauté guinéenne en France est revenue sur son sacre, a dévoilé son ambition. Sans oublier son projet humanitaire pour lequel elle s’apprête à se rendre en Guinée.

Qu'est-ce qui a changé dans votre vie depuis votre élection comme Miss Guinée France 2016 ?

Beaucoup de choses ont changés, je n'ai plus une minute à moi. Mon emploi du temps est plein du lundi au dimanche. La vie d'étudiante combinée à celle de Miss n'est pas facile tous les jours vous savez. Mais grâce au statut de Miss j'ai eu l'occasion de faire de très belles rencontres, je suis régulièrement invitée dans de très beaux endroits, que ce soit pour des défilés ou des événements prestigieux.

Concrètement, qu'est ce qui vous a motivée à prendre part à ce concours de la beauté guinéenne en France ?

Depuis quelques années je m'intéressais de très près au concours de Miss Guinée France, lorsque j'ai emménagé sur Paris pour la poursuite de mes études, j'ai sauté le pas. Je savais que c'était maintenant ou jamais. La Guinée, c'est ma terre natale. Le fait de pouvoir représenter la beauté Guinéenne en France et à l'étranger pour moi était plus qu'un honneur (surtout que nous sommes réputée pour être les plus belles femmes de l'Afrique de l'ouest (rire).

Vous êtes née en Guinée mais vous l'avez quittée très jeune, et voilà de nombreuses années que vous n'y êtes pas retournée. Ce concours de Miss Guinée- France  était-il aussi pour vous, quelque part, un meilleur moyen de vous rapprocher de vos origines, de vous ressourcer ?

Bien-sûr! C'était d'ailleurs une des premières raisons pour lesquelles je me suis inscrite au concours. J'avais conscience qu'en repartant avec la couronne ou non, j'aurais fait de superbes rencontres. Et c'est exactement ce qu'il s'est passé. Je n'avais aucune connaissance sur Paris en arrivant dans la capitale, aujourd'hui, j'ai toute une famille.

« Les deux principales émotions qui me hantent actuellement sont l'excitation et la peur. Voilà 16 années que je ne suis pas retournée en Guinée, et là, j'ai l'occasion d'y aller pour faire bouger les choses! »

Justement, comment appréhendez-vous votre prochain voyage en Guinée dans le cadre de votre projet humanitaire ?

Je dirai que les deux principales émotions qui me hantent actuellement sont l'excitation et la peur. Voilà 16 années que je ne suis pas retournée en Guinée, et là, j'ai l'occasion d'y aller pour faire bouger les choses! C'est extraordinaire.

Votre projet humanitaire porte sur la gestion des ordures ménagères à Conakry. Pourquoi un tel choix ?

En effet, j'ai un projet lourd et ambitieux comme je le dis souvent. Je me suis dis, en le choisissant, que j'allais avoir l'occasion d'être accompagnée d'une association qui s'y connait en matière de réalisation de projet et qui a fait ses preuves. Alors pourquoi viser bas? J'ai l'occasion de réaliser un seul projet en une année! Un seul… Il fallait choisir le plus ambitieux.

Quelles sont les activités que vous avez déjà menées avec votre couronne ?

Grâce à la couronne j'ai l'occasion d'assister à beaucoup de beaux événements. Que ce soit des élections de Miss, la Fashion-Week. J'ai également de nombreuses invitations médiatiques, des rencontres et des dîners avec des personnalités.

Mais j'ai surtout eu l'occasion de me rapprocher du peuple de Guinée. J'ai conscience de la chance que j'ai.

Comment conciliiez-vous vos activités de Miss avec vos études ?

J'ai réussi à obtenir un emploi du temps à la faculté qui m'aide à assister les weekends aux événements auxquels je suis invitée. Je suis donc en cours du lundi au mercredi soir, et le reste de la semaine, je me consacre à mes activités de Miss.

« Je rêverais de travailler plus tard dans le monde de l'audiovisuel et mener une carrière de chroniqueuse ou pourquoi pas de journaliste/animatrice »

Qu'est-ce que le fait d'être Miss Guinée-France vous apporte t-il de plus? Pensez-vous par exemple que cela puisse vous ouvrir des portes aujourd'hui ou demain dans votre vie professionnelle ou tout autre domaine?

 Je n'avais aucune idée de l'impact que le statut de Miss pouvait apporter. Mais depuis mon couronnement, j'ai eu l'occasion de faire beaucoup de rencontres (dans tous les domaines que ce soit). Les gens aiment les Miss et elles sont reconnues partout.

Il semblerait que vous suivez une formation de journaliste. Allez-vous mener carrière dans ce métier ou plutôt vous orienter dans un autre secteur ?

Je suis en effet étudiante en lettres et journalisme (étude des médias) plus précisément. Je rêverais de travailler plus tard dans le monde de l'audiovisuel et mener une carrière de chroniqueuse ou pourquoi pas de journaliste/animatrice.

Afficher l'image d'origine

Pour revenir sur votre élection, il faut dire que la concurrence était très rude. Avec le recul, selon vous qu'est-ce qui a fait pencher la balance du jury de votre côté et non sur une de vos « adversaires » qui étaient loin de démériter ?

Vous savez, lors des répétitions, je ne me donnais pas à fond. J'avais un manque de confiance en moi. Il m'est même arrivé de vouloir tout abandonner! Mais au fond de moi je savais que je rêvais de porter cette couronne. Les précédentes Miss me faisaient rêver, j'ai très vite repris confiance en moi et sur scène, le soir de l'élection, j'ai entendu les cris de mes proches. Je ne pouvais pas les décevoir, je ne pouvais pas me décevoir…J'ai tout donné. Que ce soit dans ma démarche, dans mon sourire, mon attitude, mon discours, je croyais en mon projet et je pense que ça s'est entendu.

« J'aimerais que le projet humanitaire puisse aboutir à quelque chose de positif afin que les gens se souviennent de moi comme la miss qui a réussi à faire bouger les choses »

Dans 10, 20 ans ou plus, que retiendrez-vous globalement de cette expérience de Miss Guinée-France 2016 ?

J'aimerais que le projet humanitaire puisse aboutir à quelque chose de positif afin que les gens se souviennent de moi comme la miss qui a réussi à faire bouger les choses. Je retiendrai alors le fait d'avoir gagné...Tout gagner.

A travers les réseaux sociaux, le moins que l'on puisse dire est que vous avez un grand succès auprès de la junte masculine. Mais Miss Andréa est-elle un cœur à prendre ?  

Miss Andrea n'est pas en couple.

 Propos recueillis par Thierno DIALLO 

Afficher l'image d'origineAfficher l'image d'origine

Afrique Connection TV