ligue des champions

Barcelone a fait le plus dur

Afrique Connection | 19 / 02 / 2014 à 07:51

Le Barça a déjà un pied en quart de finale de la Ligue des champions après son succès 2-0 sur la pelouse de Manchester City, mardi soir. Messi a inscrit un penalty litigieux avant qu'Alves ne scelle le score en fin de match.

A 0-1, on ne donnait déjà pas cher des chances de Manchester City de renverser Barcelone le 12 mars prochain au Nou Camp. Alors à 0-2… En craquant une deuxième fois sur une frappe de Daniel Alves à la 90e minute, les joueurs de Manuel Pellegrini ont certainement abandonné à l’Etihad Stadium leurs espoirs de dépasser le stade des 8es de finale de la Ligue des Champions. Sur 289 cas depuis la saison 1970-1971, seuls neuf équipes sont parvenus à se qualifier après s’être inclinées chez elles sur un tel score. Proches de la sortie, les Citizens pourront regretter l’ouverture du score sur penalty de Lionel Messi pour une faute de Demichelis commise à première vue en dehors de la surface de réparation et qui les a contraints à évoluer à 10 pendant la dernière demi-heure.

Devant son public, Manchester City n’en a de toute façon pas fait assez. Cette frilosité (ou crainte du fameux but concédé à domicile ?) a été perceptible dès l’annonce de son onze de départ : à la manière de Laurent Blanc qui avait titularisé Debuchy et Réveillère face à l’Espagne en quart de finale de l’Euro 2012, Manuel Pellegrini a préféré sacrifier Dzeko pour renforcer son côté gauche où Clichy et Kolarov ont été alignés simultanément. Résultat ? Incapable de ressortir le ballon, mis sous pression par le pressing très haut exercé par les Blaugrana, City a beaucoup subi, sans pour autant être mis en danger. Le plan aurait pu fonctionner si Negredo avait profité du seul temps fort des Citizens en première période (entre la 20e et la 30e minute) pour marquer. Mais l’international espagnol a manqué le cadre (20e) avant de buter sur Valdes (27e).

Privé d’un penalty pour une main d’un Citizen sur un centre d’Alves (27e), Barcelone a finalement trouvé l’ouverture sur un penalty qui n’en était pas un. Par Iniesta (57e), Xavi (67e), Daniel Alves (68e), mais surtout Piqué dont le but a été refusé pour une position de hors-jeu inexistante de Fabregas (80e), les Blaugrana auraient pu se mettre à l’abri dans la foulée. Mais ils ont également dû composer avec le vent de révolte qui a semblé gagné les rangs de City après les entrées de Nasri (58e) et de Dzeko (74e). On retiendra notamment un superbe enchaînement contrôle de la poitrine-volée du droit de David Silva annihilé par Valdes (77e). Pas assez réaliste et piégé en fin de match, Manchester City sera condamné à l'exploit le 12 mars prochain pour espérer aller plus loin.

E. T.

 

L'Equipe.fr

Afrique Connection TV