Aurora Sa, miss Guinée-Bissau France : « Ma mère me soutenait à fond, mais mon père n’était pas au courant »

Afrique Connection | 20 / 04 / 2014 à 02:20

Election-Miss-Guinee-Bissau-France-2014-03.jpg

Aurora Sa (Miss Guiné-Bissau France 2014)

Lors d’une grande soirée tenue samedi dernier à Clichy-Sous-Bois, en banlieue parisienne, Aurora Sa, jeune étudiante de 19 ans, a été élue Miss Guinée-France. Deux jours plus tard, elle a livré à Afrique Connection ses premières impressions de Miss, ce que ce nouveau statut a déjà changé en elle, et ce qu’elle compte faire pour la communauté bissau-guinéenne en France.

Qu’avez-vous ressentie tout de suite après avoir été déclarée gagnante ?

J’ai pleuré parce que je ne m’attendais pas à gagner. C’était une grande surprise pour moi. Juste avant, quand on m’a désigné Miss photogénique, j’étais déjà beaucoup pour moi. Ensuite quand m’a en plus élue Miss Guinée-Bissau France, j’ai ressenti un choc. Et j’ai pleuré.

Déjà, comment avait vous connu ce concours ?

C’est de cousines à moi qui m’ont parlé du concours. Au début, je ne voulais pas le faire parce qu’avant j’étais une fille qui  n’avait pas confiance en elle. Je mes suis finalement décidé à me présenter en me disant que ce serait une bonne expérience pour moi.  Et que cela pourrait me permettre d’acquérir une certaine confiance en moi. Je l’ai donc fait, et j’ai gagné. Je trouve que je suis moins timide depuis ce concours, je viens plus vers les gens, et j’ai plus d’assurance que par rapport à avant. Avant ce concours, je n’arrivais pas à aller vers les gens. Même au début des auditions je ne parlais pas beaucoup avec les autres filles. Maintenant je suis libérée.

Voir les photos ici: Aurora Sa élue Miss Guinée-Bissau en France

Dans quel état d’esprit étais-tu pendant les défilés ?

J’étais vraiment à l’aise parce que je ne le prenais pas pour une compétition, genre je devais être bien, carrée, ou la meilleure. J’ai plus pris du plaisir à défiler simplement que de concourir, de faire les choses pour gagner.

Quel rôle tes parents ont-ils joué dans cette expérience ?

Ma mère me soutenait à fond, mais mon père n’était pas au courant. En fait on ne vit pas ensemble avec mon père, on ne se parle pas trop, mais maintenant ça va. Quand j’ai gagné il m’a appelé, il a pleuré en disant que je suis fier de toi. Ça m’a touchée et j’étais contente  parce que mon père n’est pas du genre  à montrer ses sentiments. 

Quelle est votre ambition professionnelle ?

Je veux devenir dans un premier temps mannequin, modèle photo ou en podium. Et, ensuite, styliste modéliste.

Et tu pense que ton élection de Miss Guinée-Bissau France peut t’ouvrir des portes pour accomplir ton rêve ?

Oui, je pense que ça peut toujours aider.

Quels sont les retours que tu as eus de puis l’élection de samedi ?

J’ai eu beaucoup de félicitations et d’encouragement de la part de mes parents, mes amis, de Tessy (membre de l’organisation, qui l’accompagne pendant l’interview ; NDLR) des personnes qui comptent dans ma vie. Même des gens que je ne connais pas m’ont félicité à travers les réseaux sociaux.

Que vas-tu faire maintenant après ta victoire ?

Déjà je vais essayer de concrétiser mon rêve en faisant des shootings. Je vais apprendre d’abord les bases, car je ne veux pas me lancer dans des trucs que je ne maîtrise pas.

Avec ton nouveau statut, que vas-tu faire pour la communauté de la Guinée-Bissau en France ?

Etant donné qui n’est pas beaucoup connue en France, je vais essayer de la faire connaître. Je vais en quelque sorte l’ambassadrice de la culture bissau-guinéenne en France. Les Bissau-guinéens sont beaucoup plus connus au Portugal. Ici, en France, c’est les communautés de la Guinée-Conakry et du Sénégal qui sont plus connues que nous.  Je tâcherai donc à faire connaitre ma communauté, montrer ce qu’elle et ce qu’elle est capable de faire.

L’élection Miss Guinée-Bissau France s’est déroulée à la veille des élections présidentielles et législatives de ce pays. As-tu suivi cette élection ? 

Non je ne l’ai pas suivi parce que j’étais trop occupée à préparer mon concours, en plus je ne m’y connais pas trop en politique. Mais j’en ai beaucoup entendu parler dans ma famille. J’ai notamment entendu que l’ancien président (Kumba Yalla, décédé fin mars, NDLR) est décédé il n’y a pas longtemps.

Si tu avais un message à lancer aux hommes politiques de la Guinée-Bissau ce serait lequel ?

Je leur dirai qu’ils arrêtent les conflits, qu’ils s’unissent tous pour faire avancer le pays. Ils sont tous des frères, ils sont tous des Guinéens, ils doivent donc travailler ensemble, se battre ensemble pour l’intérêt du pays, au lieu de s’entretuer.

Voir les photos ici: Aurora Sa élue Miss Guinée-Bissau en France

Peut-on s’attendre qu’un jour la Miss Guinée-Bissau France aille dans son pays d’origine pour faire partager ce message de paix ?

Non, ce n’est pas exclu du tout. D’ailleurs, il est prévu que toutes les Miss Guinée-Bissau dans les autre pays de la diaspora se rencontrer à Bissau au mois d’août pour élire la Miss nationale qui va représenter le pays à Miss Monde.

Tu espère gagner là aussi ?

Je ne sais pas. Je ne fais pas dire que je vais y aller défaitiste, ni trop confiante, mais l’essentiel c’est de le faire. Je vais essayer de m’amuser, et après si je gagne tant mieux, c’est que du bonus.

Es-tu jamais allée en Guinée-Bissau ?

Non je ne suis jamais allée en Afrique. Parce que depuis que ma mère est venue en France elle n’y est jamais retournée. Et vu qu’on ne sépare jamais…Personnellement, j’ai bien envie d’y aller. Mais parfois j’ai peur, par rapport à tout ce qu’on voit à la télé. Je pense le prochain concours à Bissau sera une belle occasion pour moi d’y aller.

Par Thierno DIALLO 

Aurora Sa, miss Guinée-Bissau France : « Ma mère me soutenait à fond, mais mon père n’était pas au courant »

Afrique Connection | 20 / 04 / 2014 à 14:20

Lors d’une grande soirée tenue samedi dernier à Clichy-Sous-Bois, en banlieue parisienne, Aurora Sa, jeune étudiante de 19 ans, a été élue Miss Guinée-France. Deux jours plus tard, elle a livré à Afrique Connection ses premières impressions de Miss, ce que ce nouveau statut a déjà changé en elle, et ce qu’elle compte faire pour la communauté bissau-guinéenne en France.

Qu’avez-vous ressentie tout de suite après avoir été déclarée gagnante ?

J’ai pleuré parce que je ne m’attendais pas à gagner. C’était une grande surprise pour moi. Juste avant, quand on m’a désigné Miss photogénique, j’étais déjà beaucoup pour moi. Ensuite quand m’a en plus élue Miss Guinée-Bissau France, j’ai ressenti un choc. Et j’ai pleuré.

Déjà, comment avait vous connu ce concours ?

C’est de cousines à moi qui m’ont parlé du concours. Au début, je ne voulais pas le faire parce qu’avant j’étais une fille qui  n’avait pas confiance en elle. Je mes suis finalement décidé à me présenter en me disant que ce serait une bonne expérience pour moi.  Et que cela pourrait me permettre d’acquérir une certaine confiance en moi. Je l’ai donc fait, et j’ai gagné. Je trouve que je suis moins timide depuis ce concours, je viens plus vers les gens, et j’ai plus d’assurance que par rapport à avant. Avant ce concours, je n’arrivais pas à aller vers les gens. Même au début des auditions je ne parlais pas beaucoup avec les autres filles. Maintenant je suis libérée.

Voir les photos ici: Aurora Sa élue Miss Guinée-Bissau en France

Dans quel état d’esprit étais-tu pendant les défilés ?

J’étais vraiment à l’aise parce que je ne le prenais pas pour une compétition, genre je devais être bien, carrée, ou la meilleure. J’ai plus pris du plaisir à défiler simplement que de concourir, de faire les choses pour gagner.

Quel rôle tes parents ont-ils joué dans cette expérience ?

Ma mère me soutenait à fond, mais mon père n’était pas au courant. En fait on ne vit pas ensemble avec mon père, on ne se parle pas trop, mais maintenant ça va. Quand j’ai gagné il m’a appelé, il a pleuré en disant que je suis fier de toi. Ça m’a touchée et j’étais contente  parce que mon père n’est pas du genre  à montrer ses sentiments. 

Quelle est votre ambition professionnelle ?

Je veux devenir dans un premier temps mannequin, modèle photo ou en podium. Et, ensuite, styliste modéliste.

Et tu pense que ton élection de Miss Guinée-Bissau France peut t’ouvrir des portes pour accomplir ton rêve ?

Oui, je pense que ça peut toujours aider.

Quels sont les retours que tu as eus de puis l’élection de samedi ?

J’ai eu beaucoup de félicitations et d’encouragement de la part de mes parents, mes amis, de Tessy (membre de l’organisation, qui l’accompagne pendant l’interview ; NDLR) des personnes qui comptent dans ma vie. Même des gens que je ne connais pas m’ont félicité à travers les réseaux sociaux.

Que vas-tu faire maintenant après ta victoire ?

Déjà je vais essayer de concrétiser mon rêve en faisant des shootings. Je vais apprendre d’abord les bases, car je ne veux pas me lancer dans des trucs que je ne maîtrise pas.

Avec ton nouveau statut, que vas-tu faire pour la communauté de la Guinée-Bissau en France ?

Etant donné qui n’est pas beaucoup connue en France, je vais essayer de la faire connaître. Je vais en quelque sorte l’ambassadrice de la culture bissau-guinéenne en France. Les Bissau-guinéens sont beaucoup plus connus au Portugal. Ici, en France, c’est les communautés de la Guinée-Conakry et du Sénégal qui sont plus connues que nous.  Je tâcherai donc à faire connaitre ma communauté, montrer ce qu’elle et ce qu’elle est capable de faire.

L’élection Miss Guinée-Bissau France s’est déroulée à la veille des élections présidentielles et législatives de ce pays. As-tu suivi cette élection ? 

Non je ne l’ai pas suivi parce que j’étais trop occupée à préparer mon concours, en plus je ne m’y connais pas trop en politique. Mais j’en ai beaucoup entendu parler dans ma famille. J’ai notamment entendu que l’ancien président (Kumba Yalla, décédé fin mars, NDLR) est décédé il n’y a pas longtemps.

Si tu avais un message à lancer aux hommes politiques de la Guinée-Bissau ce serait lequel ?

Je leur dirai qu’ils arrêtent les conflits, qu’ils s’unissent tous pour faire avancer le pays. Ils sont tous des frères, ils sont tous des Guinéens, ils doivent donc travailler ensemble, se battre ensemble pour l’intérêt du pays, au lieu de s’entretuer.

Voir les photos ici: Aurora Sa élue Miss Guinée-Bissau en France

Peut-on s’attendre qu’un jour la Miss Guinée-Bissau France aille dans son pays d’origine pour faire partager ce message de paix ?

Non, ce n’est pas exclu du tout. D’ailleurs, il est prévu que toutes les Miss Guinée-Bissau dans les autre pays de la diaspora se rencontrer à Bissau au mois d’août pour élire la Miss nationale qui va représenter le pays à Miss Monde.

Tu espère gagner là aussi ?

Je ne sais pas. Je ne fais pas dire que je vais y aller défaitiste, ni trop confiante, mais l’essentiel c’est de le faire. Je vais essayer de m’amuser, et après si je gagne tant mieux, c’est que du bonus.

Es-tu jamais allée en Guinée-Bissau ?

Non je ne suis jamais allée en Afrique. Parce que depuis que ma mère est venue en France elle n’y est jamais retournée. Et vu qu’on ne sépare jamais…Personnellement, j’ai bien envie d’y aller. Mais parfois j’ai peur, par rapport à tout ce qu’on voit à la télé. Je pense le prochain concours à Bissau sera une belle occasion pour moi d’y aller.

Par Thierno DIALLO 

Afrique Connection TV