Du foyer de réfugiés aux projecteurs de la Bundesliga

Le fabuleux destin du jeune gambien Ousman Manneh

Afrique Connection | 20 / 10 / 2016 à 09:33

Ousman-Manneh.jpg

Ousmane Manneh

Entre le rêve et la réalité, parfois il n'y a qu'un tout petit fil; il suffit juste de pouvoir le franchir avec beaucoup d'abilité, sans le couper, pour basculer de l'autre côté de cette mince frontière. Et pour cela, il vous faut beaucoup de chance certes, mais surtout beaucoup de talent. Le reste, c'est le destin qui s'en occupe.

Celui d'Ousmane Manneh, il est vraiment fabuleux. Ce jeune gambien vient de démontrer que, dans le football, dans la vie en général, tout est possible. Même les contes de fées ! A 17 ans, Ousman Manneh est arrivé seul de Gambie, réfugié politique. A 19 ans, il vient de marquer le week-end dernier son premier but en Bundesliga pour le Werder Brême. Quel destin pour celui qui aujourd'hui vit, éveillé, son rêve de toujours: celui de marcher sur les pas de ses idoles dont il suivait depuis tout petit les exploits sur de petits écrans de télévision problablement mal éclairés. Et, sûrement, qu'il imitait sur des lopins de terre aride de sa Gambie natale. Dans l'espoir qu'un jour, lui aussi va "jouer à la télé", et que ses exploits feront vibrer les coeurs de tout un peuple.

Certes il est très loin d'être cette star qu'il rêve de devenir. Mais depuis ce week-end, le destin du jeune Manneh fait les choux gras de la presse.

Ce jour de gloire est arrivé. Certes il est très loin d'être cette star qu'il rêve de devenir. Mais depuis ce week-end, le destin du jeune Manneh fait les choux gras de la presse. Deux ans seulement après son arrivée incognito en Allemagne comme réfugié politique, après avoir fui le régime du dicteteur Yaya Jammeh, Ousmane Manneh marque un but lors de son quatrième match en Bundesliga.

"C'est le plus grand moment de ma vie", a soufflé le jeune homme, les larmes aux yeux après son but contre Leverkusen, qui a donné la victoire (2-1) à son équipe.

"J'ai toujours voulu être footballeur, c'est un rêve qui se réalise"

"J'ai toujours voulu être footballeur, c'est un rêve qui se réalise", réagit-il à chaud devant la presse allemande. "C'est difficile de décrire mes sentiments. J'étais déjà si fier d'être le premier Gambien à avoir joué quatre matches de Bundesliga, et maintenant je suis fier d'être le premier à marquer un but".

"L'histoire de ce jeune attaquant, qui semble désormais bien installé comme titulaire à la pointe de l'attaque du Werder, n'a pourtant pas débuté sous les meilleures auspices. Né en Gambie, il décide seul, à 17 ans, de quitter sa famille pour fuir le régime dictatorial de ce petit pays d'Afrique de l'Ouest, enclavé dans le Sénégal. Il atterrit en Allemagne, où il obtient le statut de réfugié. Logé dans un foyer de migrants, il commence à jouer pour le Blumenthaler SV, un club de 5e division de la banlieue de Brême", écrit l'afp à son sujet.

Très vite, ses qualités exceptionnelles attirent l'attention de clubs professionnels. Et c'est avec le Werder qu'il signe, en mars 2015, son tout premier contrat. Il vient d'avoir 18 ans.

Il jouait depuis dans l'équipe des moins de 23 ans, lorsque le destin a frappé à la porte. Mi-septembre, l'entraîneur des professionnels, Viktor Skripnik, est limogé après un début de saison catastrophique. La direction du club le remplace par Alexandre Nouri, qui s'occupait jusque là des... moins de 23 ans.

-- Une histoire profondément touchante --

Et Nouri, qui connaît parfaitement le potentiel de Manneh, l'invite tout simplement à passer avec lui dans le groupe pro.

"La vie ne lui a jamais fait de cadeau", a commenté le coach samedi soir alors que Manneh, héros du jour, posait pour des selfies avec des supporters, "il a travaillé très dur ces dernières années et a progressé continuellement".

Pourquoi, et comment a-t-il quitté son pays natal ? Pour l'instant, le jeune réfugié ne veut pas répondre à la question, et Nouri n'a pas l'intention de trahir sa confiance: "C'est une histoire profondément touchante", se contente de dire l'entraîneur.

Pour Manneh, Nouri est l'homme providentiel, confident et manager: "Je dois vraiment remercier coach Nouri pour avoir cru en moi et m'avoir donné ma chance au plus haut niveau", dit-il.

"Mon rêve maintenant, avoue Manneh, c'est de devenir un vrai buteur comme Robert Lewandowski ou Pierre-Emerick Aubameyang"

Et d'ajouter: "Même après un match comme celui-là, mon coach va venir me trouver pour me dire que je ne dois pas être satisfait. Il m'encourage à continuer à travailler".

"Mon rêve maintenant, avoue Manneh, c'est de devenir un vrai buteur comme Robert Lewandowski ou Pierre-Emerick Aubameyang", respectivement avant-centres du Bayern Munich et du Borussia Dortmund.

Pas impossible au vu de son talent, estiment ses coéquipiers: "Ousman est un garçon très travailleur et avide d'apprendre", dit de lui son complice dans l'attaque du Werder Zlatko Junusovic: "Il est terre-à-terre et positif, toujours de bonne humeur."

"Sa progression ces deux dernières années n'est pas une coïncidence", ajoute le capitaine du Werder Clemens Fritz, 22 fois international allemand.

Nul doute que dans sa Gambie natale, Manneh est devenu une fierté nationale. Chaque week-end, ses exploits seront désormais atendus, suivis, imités, commentés

Nul doute que dans sa Gambie natale, Manneh est devenu une fierté nationale. Chaque week-end, ses exploits seront désormais atendus, suivis, imités, commentés par les jeunes qui, à leur tour, rêveront de marcher sur ses pas un jour. Les temps ont changé à vitesse V. Car aujourd'hui c'est bien Ousmane Manneh qui est érigé en modèle par ses jeunes compatriotes. Pendant ce temps, ce jeune idole de cette jeunesse gambienne s'évertuera, lui, à continuer à vivre son destin. Son fabuleux destin!

Jean Olohou pour Afrique Connection, avec afp

Du foyer de réfugiés aux projecteurs de la Bundesliga

Le fabuleux destin du jeune gambien Ousman Manneh

Afrique Connection | 20 / 10 / 2016 à 09:33

Entre le rêve et la réalité, parfois il n'y a qu'un tout petit fil; il suffit juste de pouvoir le franchir avec beaucoup d'abilité, sans le couper, pour basculer de l'autre côté de cette mince frontière. Et pour cela, il vous faut beaucoup de chance certes, mais surtout beaucoup de talent. Le reste, c'est le destin qui s'en occupe.

Celui d'Ousmane Manneh, il est vraiment fabuleux. Ce jeune gambien vient de démontrer que, dans le football, dans la vie en général, tout est possible. Même les contes de fées ! A 17 ans, Ousman Manneh est arrivé seul de Gambie, réfugié politique. A 19 ans, il vient de marquer le week-end dernier son premier but en Bundesliga pour le Werder Brême. Quel destin pour celui qui aujourd'hui vit, éveillé, son rêve de toujours: celui de marcher sur les pas de ses idoles dont il suivait depuis tout petit les exploits sur de petits écrans de télévision problablement mal éclairés. Et, sûrement, qu'il imitait sur des lopins de terre aride de sa Gambie natale. Dans l'espoir qu'un jour, lui aussi va "jouer à la télé", et que ses exploits feront vibrer les coeurs de tout un peuple.

Certes il est très loin d'être cette star qu'il rêve de devenir. Mais depuis ce week-end, le destin du jeune Manneh fait les choux gras de la presse.

Ce jour de gloire est arrivé. Certes il est très loin d'être cette star qu'il rêve de devenir. Mais depuis ce week-end, le destin du jeune Manneh fait les choux gras de la presse. Deux ans seulement après son arrivée incognito en Allemagne comme réfugié politique, après avoir fui le régime du dicteteur Yaya Jammeh, Ousmane Manneh marque un but lors de son quatrième match en Bundesliga.

"C'est le plus grand moment de ma vie", a soufflé le jeune homme, les larmes aux yeux après son but contre Leverkusen, qui a donné la victoire (2-1) à son équipe.

"J'ai toujours voulu être footballeur, c'est un rêve qui se réalise"

"J'ai toujours voulu être footballeur, c'est un rêve qui se réalise", réagit-il à chaud devant la presse allemande. "C'est difficile de décrire mes sentiments. J'étais déjà si fier d'être le premier Gambien à avoir joué quatre matches de Bundesliga, et maintenant je suis fier d'être le premier à marquer un but".

"L'histoire de ce jeune attaquant, qui semble désormais bien installé comme titulaire à la pointe de l'attaque du Werder, n'a pourtant pas débuté sous les meilleures auspices. Né en Gambie, il décide seul, à 17 ans, de quitter sa famille pour fuir le régime dictatorial de ce petit pays d'Afrique de l'Ouest, enclavé dans le Sénégal. Il atterrit en Allemagne, où il obtient le statut de réfugié. Logé dans un foyer de migrants, il commence à jouer pour le Blumenthaler SV, un club de 5e division de la banlieue de Brême", écrit l'afp à son sujet.

Très vite, ses qualités exceptionnelles attirent l'attention de clubs professionnels. Et c'est avec le Werder qu'il signe, en mars 2015, son tout premier contrat. Il vient d'avoir 18 ans.

Il jouait depuis dans l'équipe des moins de 23 ans, lorsque le destin a frappé à la porte. Mi-septembre, l'entraîneur des professionnels, Viktor Skripnik, est limogé après un début de saison catastrophique. La direction du club le remplace par Alexandre Nouri, qui s'occupait jusque là des... moins de 23 ans.

-- Une histoire profondément touchante --

Et Nouri, qui connaît parfaitement le potentiel de Manneh, l'invite tout simplement à passer avec lui dans le groupe pro.

"La vie ne lui a jamais fait de cadeau", a commenté le coach samedi soir alors que Manneh, héros du jour, posait pour des selfies avec des supporters, "il a travaillé très dur ces dernières années et a progressé continuellement".

Pourquoi, et comment a-t-il quitté son pays natal ? Pour l'instant, le jeune réfugié ne veut pas répondre à la question, et Nouri n'a pas l'intention de trahir sa confiance: "C'est une histoire profondément touchante", se contente de dire l'entraîneur.

Pour Manneh, Nouri est l'homme providentiel, confident et manager: "Je dois vraiment remercier coach Nouri pour avoir cru en moi et m'avoir donné ma chance au plus haut niveau", dit-il.

"Mon rêve maintenant, avoue Manneh, c'est de devenir un vrai buteur comme Robert Lewandowski ou Pierre-Emerick Aubameyang"

Et d'ajouter: "Même après un match comme celui-là, mon coach va venir me trouver pour me dire que je ne dois pas être satisfait. Il m'encourage à continuer à travailler".

"Mon rêve maintenant, avoue Manneh, c'est de devenir un vrai buteur comme Robert Lewandowski ou Pierre-Emerick Aubameyang", respectivement avant-centres du Bayern Munich et du Borussia Dortmund.

Pas impossible au vu de son talent, estiment ses coéquipiers: "Ousman est un garçon très travailleur et avide d'apprendre", dit de lui son complice dans l'attaque du Werder Zlatko Junusovic: "Il est terre-à-terre et positif, toujours de bonne humeur."

"Sa progression ces deux dernières années n'est pas une coïncidence", ajoute le capitaine du Werder Clemens Fritz, 22 fois international allemand.

Nul doute que dans sa Gambie natale, Manneh est devenu une fierté nationale. Chaque week-end, ses exploits seront désormais atendus, suivis, imités, commentés

Nul doute que dans sa Gambie natale, Manneh est devenu une fierté nationale. Chaque week-end, ses exploits seront désormais atendus, suivis, imités, commentés par les jeunes qui, à leur tour, rêveront de marcher sur ses pas un jour. Les temps ont changé à vitesse V. Car aujourd'hui c'est bien Ousmane Manneh qui est érigé en modèle par ses jeunes compatriotes. Pendant ce temps, ce jeune idole de cette jeunesse gambienne s'évertuera, lui, à continuer à vivre son destin. Son fabuleux destin!

Jean Olohou pour Afrique Connection, avec afp

Afrique Connection TV