Incroyable : Un Marocain de 16 ans jugé pour avoir tenté de voler... un Airbus à l'aéroport de Paris-Orly

Afrique Connection | 20 / 12 / 2019 à 06:21

Un adolescent de 16 ans est appelé à comparaître ce vendredi devant un juge pour enfant à Créteil : il est accusé d'avoir tenté de voler un avion sur le tarmac de l'aéroport de Paris-Orly en juin dernier.

 

L'histoire est folle : un jeune Marocain d'à peine 16 ans est appelé à comparaître ce vendredi devant un juge pour enfants au tribunal de Créteil (Val-de-Marne). Il lui est reproché « d'avoir tenté de soustraire frauduleusement un avion Airbus A321 au préjudice de la compagnie aérienne Vueling », au mois de juin dernier. Dans le dossier, ce qui pose notamment question, c'est la santé mentale du jeune homme.

Depuis les faits, celui-ci a été placé en détention provisoire. Son avocate, Marie Dieudonné de Carfort, décrit une santé qui se détériore depuis son incarcération : « Il vivrait nu avec une simple couverture. Avec ses vêtements, il a bouché toutes les canalisations. Il fait ses besoins à même le sol. Il écrit sur les murs avec ses excréments », décrit celle-ci.

L'histoire de ce Marocain, c'est celle d'un adolescent qui cherche sa place. Selon Le Parisien, à 14 ans, le jeune homme part du Maroc pour arriver à Marseille (Bouches-du-Rhône). En juin dernier, cela fait quelques mois qu'il vit dans la rue, dans la capitale française. Et celui-ci se retrouve sur le tarmac de l'aéroport de Paris-Orly, aux manettes d'un Airbus A321, dans l'optique de retourner dans son pays natal. « Son idée c'était de prendre l'avion, pas évidemment d'en voler un », défend son avocate.

Déjouer les contrôles de sécurité

La question : comment le jeune homme est-il parvenu à accéder à la cabine de pilotage de l'appareil. Pour des raisons qui restent inconnues, l'adolescent a échappé à tous les contrôles de sécurité du site. Les forces de l'ordre expliquent qu'il aurait soit escaladé un mur, soit suivi une famille. Celui-ci parvient alors à déplacer un escalier mobile pour accéder au cockpit. Avant de se retrouver aux commandes d'un gros-porteur, pouvant transporter entre 130 à 180 passagers. 

En contrebas, un technicien de maintenance aperçoit une lumière dans le cockpit de l'appareil indiquant que celui-ci est occupé. Celui-ci décide alors d'aller vérifier l'appareil. La stupéfaction : il découvre alors le jeune homme, casque de pilotage sur la tête, en train d'appuyer sur plusieurs boutons du tableau de bord. Le technicien en appelle alors aux forces de l'ordre. L'interpellation est violente, le jeune Marocain tente de se rebeller et repousse les agents. Il refusera également, lors de sa garde à vue, de se soumettre à un test ADN. 

Un vol d'avion ? « Un délit impossible »

Si l'adolescent est poursuivi pour « tentative de vol d'avion » son avocate ne parvient pas à comprendre les chefs d'accusation qui ont été avancés : « C'est un délit impossible dans la mesure où il est inenvisageable de faire décoller un appareil sans un minimum de connaissances, explique-t-elle. C'est un peu comme essayer de voler une maison. Était-ce réalisable ? L'intention serait caractérisée par le fait qu'il a été vu en train d'appuyer sur des boutons. Mais avait-il vraiment l'intention de faire décoller cet avion ? » 

Selon les agents qui ont interpellé l'intrus, celui-ci se serait masturbé devant eux. Il aurait également craché devant la magistrate du parquet. De quoi poser la question de la santé mentale du jeune homme. Une infirmière psy a estimé que la garde à vue était tout à fait compatible avec son état de santé. Cependant, selon l'avocate de l'adolescent « on fait clairement courir un danger à cet adolescent en le mettant en prison. Un éducateur me disait que tous les matins, il se demandait s'il allait le retrouver en vie ». 

Afrique Connection TV