tribune

Brahim Camara: "le décès de Ousmane Tanor Dieng nous oblige à ..."

Afrique Connection | 23 / 07 / 2019 à 09:04

Tribune

Le 27 septembre 2018 , à travers la presse en ligne, j'avais annoncé la reprise de mes activités de militant au sein du parti socialiste sénégalais après une exclusion qui n'en a jamais une dans la mesure où elle ne m'a jamais été notifiée par la voie autorisée. 
Comme à l'accoutumée ,  en totale harmonie avec ma conscience et fidèle à mes convictions socialistes je réaffirme haut et fort que l'unité et la cohésion demeurent les voies et moyens indispensables  pour remettre le parti socialiste sur une solide rampe vers la reconquête du pouvoir .
Après les assauts manqués de Maître Abdoulaye Wade qui voulait effacer notre parti de l'échiquier politique sénégalais , il nous faut encore faire une autre introspection .
En effet  durant douze longues années, grâce au courage, à  la détermination et à l'esprit d'organisation et de méthode du defunt secrétaire général Ousmane Tanor Dieng, le parti socialiste a relevé les défis de la résistance et de la remobilisation contre les attaques incessantes de Maître Abdoulaye Wade .
Le décès de notre secrétaire général Ousmane Tanor Dieng survenu  en France le 15 juillet 2019 nous oblige à privilégier l'unité, la cohésion et la solidarité pour que ne périsse pas le parti socialiste.
Nous sommes condamnés à taire, pour un temps nécessaire  à  toute transition,  nos ambitions crypto personnelles pour chercher et trouver impérativement les meilleures formules à même d'éviter tout drame à notre formation politique qui reste encore un outil formidable au service du Sénégal et des sénégalais  .
Les conditions sont réunies et nous avons le choix de conjuguer  deux principales voies :
   1 / un bon usage de l'article 18 du règlement intérieur qui parle d'absence et d'empechement épargnera au parti socialiste la manifestation des démons de la division.
L'ordre protocolaire fait de la camarade Aminata Mbengue Ndiaye la responsable provisoire du destin du parti socialiste .
Cette voie aussi floue que problématique pourrait être une source d'interprétations tendancieuses et dangereuses pour une succession apaisée du secrétaire général élu et autorisé à choisir les membres du secrétariat exécutif  national par le congrès de 2014  .
Déjà des tractations inelegantes et prématurées  se profilent à l'horizon et dans les couloirs au détriment d'une approche intelligente de cette disposition réglementaire très nuancée, voire nébuleuse selon une lecture au premier degré.
L'analyse  objective et éclairée de l'esprit de cet article nous decharge de tout facteur bloquant  .
2 / La voie du consensus ou de la sagesse pourrait être salvatrice parce qu' en adéquation avec la main tendue du désormais feu Ousmane Tanor Dieng proposant des retrouvailles socialistes  sereines .
Le conseil consultatif des sages du parti doit être mis à contribution pour assurer et conduire cette noble mission dont la totale réussite dépendra de l'élargissement de Khalifa Ababacar Sall  .
Abdoulaye Elimane Kane , Cheikh Abdoul Khadre Cissokho et El hadj Mansour Mbaye  entre autres peuvent mériter notre confiance.
Dans un cas comme dans l'autre le parti socialiste dispose d'assez de ressources pour maintenir le cap de l'unité et de la cohésion.
Il suffit aux militantes et aux militants ,   après le deuil  , de faire preuve de maturité et de responsabilité pour ne pas compromettre l'avenir du parti socialiste .
Rien ne presse car il n'y a pas de péril en la demeure.

Brahim Camara, ancien secrétaire général de l'Amicale du Ps en France

Top 10 + Populaires

Afrique Connection TV