LES JEUNES DE LA DIASPORA MAROCAINE CONNAISSENT MIEUX LEUR PAYS

Afrique Connection | 27 / 08 / 2018 à 01:09

Qu’il s’agisse des universités d’été, des résidences culturelles ou des programmes d’aide à l’investissement, le Maroc s’ouvre de plus en plus à ses citoyens de l’étranger.

Les jeunes Marocains résidents à l’étranger font l’objet d’un intérêt particulier, au-delà des programmes du ministère des MRE. Le Maroc dispose en fait d’une politique transversale pour garantir un accueil multidimensionnel des jeunes de la diaspora. Dans ce sens, les universités d’été représentent un cadre propice pour s’imprégner des spécificités du pays, de ses traditions, de ses langues, ainsi qu’un espace d’échange enrichissant.

En effet, ces universités d’été en sont à leur dixième édition du 14 au 23 juillet 2018. Elles ont connu la participation de 200 jeunes étudiants d’origine marocaine résidant à l’étranger et âgés de 18 à 25 ans. Parmi les points nodaux de ces espaces de rencontre figure la sensibilisation aux changements socio-économiques et politiques du Maroc. S’ajoute à cela les résidences culturelles, dont 34 ont été tenues entre 2013 et 2017. Cet intérêt ne se limite pas aux visites saisonnières qu’effectuent les MRE durant les vacances d’été. L’encadrement va au-delà des frontières avec le soutien d’une société civile active en matière d’enseignement de la langue arabe, mais aussi des fondamentaux qui font l’identité et l’appartenance au pays.

En matière de soutien à l’investissement, les jeunes MRE porteurs de projets ont accès à des facilités et à un accompagnement personnalisé. C’est justement le rôle du fonds étatique MDM Invest qui promeut les investissements des MRE au Maroc. Un projet est éligible à partir de 1 MDH. Le porteur de projet doit apporter 25% au minimum du montant total de l’investissement en devises à verser dans un compte en dirhams. Le fonds MDM Invest intervient alors à raison de 10% du montant de la quote-part des MRE dans le projet, sous forme d’une contribution non remboursable plafonnée à 5 MDH.

Le reste est généralement financé par les banques. Ces dernières ont saisi la balle au bond, s’adossant à la garantie que présente MDM Invest pour accompagner les investisseurs marocains de l’étranger. Quant aux secteurs d’activités éligibles à ce mécanisme, ils portent sur les services liés à l’industrie, à l’éducation, à l’hôtellerie et à la santé. Les régions sont aussi en première ligne grâce notamment aux Maisons des MRE qui fournissent un accompagnement régional de proximité. Le partenariat avec les pays d’accueil pour encourager l’investissement de la diaspora au Maroc n’est pas en reste. Dans ce sens, le ministère des MRE a mis en place des projets qui se sont avérés fructueux comme Maghrib Entrepreneurs, en collaboration avec l’Agence française de développement.

Ce projet a profité à une centaine de porteurs de projets en France avec un appui et une assistance technique au Maroc. Idem pour le projet MEDMA en partenariat avec l’Organisation internationale pour la migration, financée par la coopération belge, qui se charge de promouvoir l’entrepreneuriat auprès des Marocains de Belgique à travers la mise en place d’un dispositif d’accompagnement adapté. S’ajoute à ces initiative une opération inédite, la caravane de l’investissement, qui a sillonné les capitales européennes à la rencontre de ces Marocains désireux de faire le premier pas mais ne sachant pas comment s’y prendre. Ce sont là autant d’occasion pour dépasser les manques de communication et de visibilité. Il y a une volonté depuis quelques années de sortir du schéma entrepreneurial classique basé sur l’immobilier pour s’ouvrir à d’autres perspectives et idées d’investissement qui pourraient se révéler plus lucratives à l’avenir. Il ne faut pas non plus oublier l'initiative de la 13e région, qui permet aux MRE entrepreneurs d'accéder aux différents services proposés par la CGEM. C’est là un espace de communication et de maillage entre eux et les différents acteurs économiques au Maroc. Avec leseco

 

Afrique Connection TV