le Parti de l'unité conteste les résultats du 1er tour

Au Liberia, la présidente sortante, Ellen Johnson Sirleaf, accusée par son parti d' "ingérence" au profit du candidat adverse George Weah

Afrique Connection | 30 / 10 / 2017 à 08:16

weah-ejs-large.jpg

La présidente sortante du Liberia, Ellen Johnson Sirleaf, et le Sénateur et ancien footballeur George Weah

Le Liberia est en pleine campagne pour le second tour de la présidentielle qui a lieu le 7 novembre. Il opposera le vice-président sortant, Joseph Boakai, et l'ancien star de foot, George Weah.

Mais le processus n'est pas sans poémiques. En effet, Le parti au pouvoir, le Parti de l'unité (UP), accuse la présidente sortante, Ellen Johnson Sirleaf, qui ne se représentait pas, d' "ingérence" dans le processus élecotral. Dans un comuniqué relayé par l'AFP, l'UP a notamment fait état d'une rencontre entre la Présidente Sirleaf et des responsables de la commission électorale. La dite-rencontre se serait tenu avant le premier tour, au domicile de la présidente sortante. 

Cette rencontre "constituait clairement une ingérence dans le processus électoral et n'avait aucune base légale, ni aucune justification", affirme dans le Parti de l'unité, dans son texte co-signé par le Parti de tous les Libériens et le Parti de la liberté.  

A travers le même communiqué, le parti au pouvoir conteste les résultats du premier tour qui s'est déroulé le 10 octobre denier, en dénonçant "des fraudes systématiques et à grande échelle". Les signataires du communiqué annoncent qu'ils vont saisir la commission électorale. 

A la lumière de cette sortie, le parti au pouvoir réitère clairement que la Présidente sortante favoriserait la défaite du candidat investi par son parti, le vice-présidnet sortant, Joseph Boakai, au profit du candidat adverse, le Sénateur Weah.

Jean OLOHOU, Afrique Connection

Afrique Connection TV